mardi 19 juillet 2022

Souvenir de Gap

 



                Souvenir de Gap

 

 

Lumière lourde. Poussière sur l’asphalte.

Un parc, une ombre claire

un banc, un ruisseau.

 

Chaos du brouhaha des news.

Par les fenêtres du conservatoire

des naissances de musiques neuves.

 

Eté cruel. Partout le rouge mange.

Des enfants savent encore jouer à cache-cache

derrière les ginkgos biloba.

 

Il  n’y a plus d’horloges qui donnent du temps.

Dans l’allée un vieil homme attend

un vieux chien qui ne sait plus marcher. 



 

 

 

 

dimanche 26 juin 2022

Deux textes sur l'actualité

 


cette nuit vers trois heures

l’automne a pleuré une larme

le première larme

couleur chrome de mercure

il n’y aura plus de colchiques adolescentes

l’instant présent

a un sourire réglisse

le rire du vent est humilié





l’enfant à naître

est mort

dans le ventre de sa mère

 

la fleur rouge

du missile

sur leurs corps éclatés

 

un doigt lointain

indifférent

a appuyé sur le bouton

 

venu des hordes

amenées

par le vent de peur

 

sous nos regards égoïstes

honteux

derrière nos mains lâches

 

depuis longtemps

le plan

mille fois ressuscité

 

cherchait patiemment

à rencontrer

l’humain inhumain

 

qui lui redonnerait

vie

dans son cœur évidé

 

quand ce fut fait

le sort

de l’enfant et de la mère

 

fut scellé


Exode


 

Souvenir du Queyras


 

De retour du Salon de Compiègne


 

Salon du Premier Roman et de la Nouvelle à Compiègne - Juin 2022

 




samedi 8 février 2020

Et que revivent les morts (Editions Ex Æquo)




Nous vivons une époque FORMIDABLE !

Formidable car porteuse de tant de potentialités de progrès et d’émerveillement.
Mais formidable aussi au sens étymologique premier car effrayante par les risques qu’elle fait porter à l’homme et à la planète.
Et les ronflements assourdissants de vieux démons que l’on croyait endormis pour toujours font craindre leur réveil parmi ceux restés invaincus.
Intolérance, racisme, violence, exclusion, non-respect de l’humain, …
Toutes les structures humaines, la société en général, l’entreprise, la politique, la famille, le couple etc. sont confrontées à ces tensions contradictoires et complexes.
Que faire ?
Où tout cela pourrait-il nous mener si … ?
C’est le sujet de la petite fable que j’ai écrite sous forme de roman.
Je vous invite à la lire : « Et que revivent les morts » par William Wolfhart aux Editions Ex Aequo.

Un extrait et plus d’info sur  :    Cliquez ici

et pour le texte complet   :         Cliquez ici






vendredi 17 janvier 2020

Noël rap



   
                          L’ascenseur ne marche pas  cette tour est pourrie
                            J’srai encore en retard  rien ne va aujourd’hui
                            Au boulot c’est pareil  là j’existe encore moins
                            Des embuches casse-gueule  dans les moindres recoins

                            Poubelles  odeurs  violeurs
                            Drogues  coups de poing  malheur

                            Mais quand je pense à ton regard soleil
                            Cadeau  gâteau  c’est beau  c’est Noël au soleil

                            Quand j’regarde la télé  aux actualités
                            Rien que des nouvelles tristes  rien qu’des trucs à s’flinguer
                            Des guerres des enfants morts  des crises économiques
                            A se crever les yeux  y’a rien de comique

                            Poubelles  odeurs  violeurs
                            Drogues  coups de poing  malheur

                            Mais quand je pense à ton regard soleil
                            Cadeau  gâteau  c’est beau  c’est Noël au soleil



jeudi 1 août 2019

Quand les dos fatigués




   



                              quand les dos fatigués
                              comme des drapeaux morts
                              sur l’herbe des prairies
                              cessent de porter les corps

                              les étoiles à travers
                              les barreaux de la nuit
                              leur chuchotent des mots
                              ou presque qui scintillent

                                                          une tête se tourne
                                                          au bout d’un quai de gare
                                                          pour poser un sourire
                                                          sur la plaie du départ

                                                          la pluie sur un visage
                                                          vient se marier aux larmes
                                                          et l’orage se tait
                                                          et la foudre désarme

                                                          dans les ruines d’une ville
                                                          c’est un enfant qui pleure
                                                          en se jetant confiant
                                                          aux bras d’un déserteur

                              et soudain le bonheur
                              d’une porte entr’ouverte
                              sur un rai de lumière
                              une beauté découverte





Il fallait bien


il fallait bien
que dans le cadre de la fenêtre
sur le papier froissé de la mer
lentement passent les cargos
emmenant au loin leurs fardeaux
au bout de droites blessures
entaillées sans un murmure
pour qu’enfin le bleu des rêves
                                                                    baigne d’amour l’immense grève